logo

Voir tous les articles

"Cette dermatologue qui a changé ma vie avec le psoriasis" Bénédicte, patiente.

PORTRAIT

Vik

Par : Vik

Publié il y a 6 mois

"Ce n’est pas normal de subir le psoriasis ! Tu as le droit de ne pas vivre ça Bénédicte", ces mots sont ceux d’une dermatologue que j’ai rencontré après la naissance de mon fils et qui m’a permis de ne plus subir ma maladie. Je vis avec le psoriasis depuis pratiquement toujours. Je n’ai jamais été apaisée, j’ai toujours vécu avec des plaques géantes. Après la naissance de mon fils, la maladie s’était aggravée bien que je ne pensais pas que ce soit possible… C’est là où j’ai été amenée à rencontrer cette dermatologue qui a changé ma vie.

J’étais couverte à 90% de plaques, je ne supportais plus rien sur ma peau, cela faisait des années que les médecins me disaient qu’ils ne pouvaient plus rien faire pour moi. Et là cette dermatologue me dit "il y a des solutions !". Elle m’a hospitalisée et ça a été le début de ma prise en charge comme maladie de longue durée. Cette reconnaissance psychologique a tout changé !

Aujourd’hui, j’ai un traitement en intraveineuse tous les mois à l’hôpital, ce n’est pas parfait mais je suis à 10-15% de plaques sur le corps et je suis redevenue mobile au niveau des rhumatismes. Au-delà des traitements c’est surtout le soutien psychologique que m’a apporté cette dermatologue qui m’a soulagée. C’est bête mais à chaque fois qu’elle me voit elle me demande comment je vais, prend le temps d’écouter, ça fait un bien fou !

On me dit souvent "oh c’est esthétique, ce n’est pas grave" mais l’impact sur le mental est énorme. Aujourd’hui, je sais que le psoriasis a forgé une partie de ma personnalité. J’essaie de prendre confiance en moi et d’apprendre à mon fils d’accepter la différence et de la voir comme une force."

Je veux arrêter de subir mon psoriasis !

"Au collège on me disait : "suicide-toi, tu ne sers à rien !" à cause de mon psoriasis. La maladie a beaucoup d’impact sur le mental : on perd confiance en soi, on se renferme. Je me souviens m’être longtemps cachée.

Le jour où on m’a annoncé que le psoriasis était une maladie incurable, il y a bien fallu que je l’accepte et m’habitue à vivre ainsi. Vers mes 22 ans, mon dermatologue de ville m’a dit qu’il ne pouvait plus rien faire pour moi, qu’on avait tout essayé ! Il m’a envoyé à l’hôpital où les médecins me répétaient la même chose.

A 25 ans, j’ai commencé à développer des rhumatismes qui vont souvent avec le psoriasis. Ca a été très dur : j’ai dû vivre un an et demi avec des béquilles et un genoux qui avait triplé de taille !

Ce qui m’a aidé à combattre mes démons ? J’ai changé ma façon de voir les choses : je veux arrêter de subir mon psoriasis. Il y a un an et demi j’ai commencé un compte Instagram. Au début je parlais de mon fils mais petit à petit j’ai commencé à parler de mon psoriasis et là j’ai reçu une immense vague d’amour et de soutien. Ce que m’a appris ma maladie c’est d’être une battante, de ne pas laisser tomber, d’être forte et en même temps indulgente. C’est tout ce que j’apprends aujourd’hui à mon fils. Sans le psoriasis finalement, je ne serai pas moi-même aujourd’hui." Bénédicte, 32 ans.

Un grand merci à Bénédicte d’avoir partagé son histoire avec toute la communauté Vik ! Son témoignage pourra en aider plus d’un(e). Si tu es concerné(e) par le psoriasis, n’hésite pas à regarder son compte Instagram @be.n.family, où tu trouveras des contenus qui pourront t’aider.

Beaucoup d’amour ❤️

Vik

share