logo

Voir tous les articles

« Je voyais mon cancer du sein comme une parenthèse »

PORTRAIT

C'est moi Vik !

Par : C'est moi Vik !

Publié il y a 9 mois

"J’ai appris que j’étais enceinte le jour de ma biopsie. C’était en 2010, mon mari et moi décidons d’avoir un troisième enfant. Un jour, en croisant les bras, je sens une boule dans le sein. Le médecin me demande de faire mammographie et biopsie et de lui préciser une grossesse éventuelle. Dans le doute, je fais un test et quand je découvre qu’il est positif, je sens bien que ce n’est pas une bonne nouvelle. Enceinte, on me fait donc ma biopsie sans anesthésie. Quand l’oncologue annonce les résultats : un cancer de stade 3, il enchaîne avec le parcours à suivre : intervention, avortement, chimio... Mon mari s'évanouit. Pour moi, le plus dur est l’avortement. Après cela, je suis le parcours. Je voyais ça comme une parenthèse qui s’était ouverte et pensais reprendre mon projet bébé une fois arrivée au bout. Mais en 2012 quand on m'annonce l'hormonothérapie, je comprends que mon projet ne sera plus possible. En colère, je refuse ce traitement et reprends le cours de ma vie. Je change de travail et le temps m’aide à me remettre. Jusqu’à ce que récemment, on me découvre un nouveau cancer de stade 3 lors de mon contrôle annuel.(...)” 

 

Ce qui m’a aidé à mieux vivre mon cancer du sein

 

Quand on me découvre un nouveau cancer du sein, je ressens une sorte d’acharnement. Pour la première fois j’ai peur de la mort. Après tout ce que j’ai vécu : c’est le retour de la chimio et cette fois-ci, de l’hormonothérapie. Ce qui m’aide, c’est la créativité. J’ai commencé à écrire après mon premier cancer, pour moi c’est thérapeutique. Dans mon blog “Chronique d’une Croisade vers un avenir plus doux" je raconte mes états d’âmes avec le cancer du sein. Mon autre passion est la photographie qui m’aide à montrer la maladie autrement, artistiquement. 

Et il y a aussi, mon projet naissant d’association, les roses poudrées. J’ai eu l’idée en octobre 2018. J’étais énervée, le cancer du sein ce n’est pas qu’au mois d’octobre. Et ce n’est pas si rose, de voir ces femmes atteintes de cancer courir des marathons, alors qu’on est crevées ! J’ai alors organisé chez moi, une journée plus douce où j’ai invité mes copines atteintes de cancer à se faire chouchouter par des maquilleurs, coiffeurs et se faire prendre en photo. Elles étaient si heureuses, qu’avec l’une d’entre elles on a décidé d’en faire une association pour aider encore plus de femmes. Ça a fait du bien de faire du bien. Ça a donne du sens à cette croisade. 

Aujourd’hui, je comprends, que la parenthèse qui s'était ouverte avec mon cancer en 2010 n’allait peut-être pas se refermer mais devenir des points de suspension, alors autant essayer d’y trouver une nouvelle identité."

Valérie Legrand a décidé de partager son expérience pour aider d’autres femmes. ❤️

Découvre on association ici:

journée rose poudrée

share